vendredi 8 février 2019

L'assemblage suspendu du Tricastin

Le 3 février dernier le réacteur N°2 du Tricastin a connu un accident aux conséquences potentiellement très graves comme le souligne à très juste titre la CRIIRAD. Un des 157 assemblages de quelque 750 kg et de plusieurs millions de Curie, qui aurait dû rester dans la cuve comme les autres, a été emporté avec le couvercle de plus de 66 tonnes durant les opérations de maintenance. Incorporé au couvercle, son système de blocage supérieur dans la cuve ne s’est pas déverrouillé et il est resté accroché au couvercle.

Il est à l’heure actuelle sous 9 mètres d’eau sans que l’on sache s’il a été partiellement ou intégralement retiré de son logement. Retirer sous l’eau un assemblage requiert une manipulation experte et un outillage adéquat car il doit être soulevé de manière parfaitement verticale tant le logement qui l’accueille est étroit. Tout balancement horizontal au moment de l’extraction risque de coincer si non de rompre ce parallélépipède rectangle de plus de 4 mètres de long qu’est un assemblage. En deux mots, sans compter le risque d’un déverrouillage impromptu qui le précipiterait sur le cœur, le couvercle n’est pas le treuil approprié pour extraire un assemblage.

Le fait est que plus de 66 tonnes en attente d’être calées sont suspendues au-dessus du réacteur ouvert, que plusieurs semaines inquiètes seront nécessaires avant de venir à bout de cet accident et que c’est là la troisième fois que ce type d’anomalie survient au Tricastin. L’AIPRI salue de tout cœur les agents qui maintenant s’efforcent de désamorcer ce potentiel désastre.

*****

Radioactivité effective et radiotoxicité potentielle de l’assemblage suspendu au Tricastin qui sera ici considéré composé d’UOX et émettant 1/157ème de la radioactivité des 157 assemblages de ce réacteur de 915 MWé. 

Estimations à deux dates différentes de l’arrêt. (NB. Si l’assemblage s’avérait au MOX la radiotoxicité potentielle serait là nettement plus élevée en raison de la quantité bien supérieure de plutonium et de ses dérivés d’activation, tous très fortement radiotoxiques.)

10 jours après l’arrêt l'activité radiologique initiale est divisée par 11 et s'élève à 8,5 millions de Curie soit 314 millions de milliards de Becquerel. La radiotoxicité par inhalation n'a cependant été elle divisée que par 1,09 et représente, selon les facteurs de dose de l'ICRP, encore un potentiel maximal de 16,6 milliards de Sievert pendant que la radiotoxicité par ingestion a été divisée par 2,7 et a encore un potentiel de 697 millions de Sievert.  

20 jours après l’arrêt l'activité radiologique initiale est divisée par 14,6 et s'élève à 6,4 millions de Curie soit 237 millions de milliards de Becquerel. La radiotoxicité par inhalation n'a cependant été elle divisée que par 1,12 et représente encore un potentiel maximal de 16,2 milliards de Sievert pendant que la radiotoxicité par ingestion a été divisée par 3,6 et a encore un potentiel de 521,1 millions de Sievert.  (NB. A 20 jours, uraniums et trans-uraniums comptent pour seulement 1,2 % de la radioactivité résiduelle mais comptent par contre pour 84% de la radiotoxicité potentielle par inhalation, si l’on en croit l’ICRP.)

Estimations pour les seuls gaz.

Les gaz sont de par leur nature volatile toujours les premiers immanquables candidats à l’évasion, accident ou pas. A deux dates différentes de l’arrêt, voici leur radioactivité probable dans cet assemblage suspendu et la radiotoxicité potentielle qui leur est associée selon les paramètres officiels de l’ICRP de conversion des Becquerel de chacun en dose.

10 jours après l’arrêt l'activité radiologique initiale des gaz a été divisée par 29,3 et s'élève à 530,7 mille Curie soit 20 millions de milliards de Becquerel. Leur radiotoxicité potentielle rémanente par inhalation est de 53,1 millions de Sievert et par ingestion de 154,2 millions de Sievert.

20 jours après l’arrêt l'activité radiologique initiale des gaz a été divisée par 95,7 et s'élève à 162,64 mille Curie soit 6 millions de milliards de Becquerel. Leur radiotoxicité potentielle rémanente par inhalation est de 22,1 millions de Sievert et par ingestion de 64,7 millions de Sievert.


*****

Activité totale du cœur atomique

Un réacteur atomique de 915 MWé engendre une radioactivité d'environ 14,66 milliards de Curie (5,42E20 Bq) qui représente selon l'ICRP un potentiel radiotoxique par inhalation de 2,84 mille milliards de Sievert et une radiotoxicité potentielle par ingestion de 292,80 milliards de Sievert. (Diviser les Sievert par 5 pour convertir en doses létales aigües potentielles, « à  la Litvinenko » pour s'entendre.)

Note du 18 février. Le décrochage s'est déroulé sans encombre et l'assemblage semble intègre.   TRICASTIN Huit heures pour décrocher le combustible à la centrale nucléaire

Toutefois de dangereuses fuites radioactives dans l'environnement ont été détectées sur place. Tout n'est à l'évidence pas allé pour le mieux du monde.

lundi 14 janvier 2019

Le plutonium de l’espace.


Les Etats-Unis s’apprêtent à reprendre la production industrielle de plutonium 238 pour subvenir aux « besoins de l’exploration spatiale ».  Les bombes sales volantes reviendront ainsi abondantes à l’ordre du jour. La technocratie, imbue d’omnipotence et d’infaillibilité, se moque bien des risques colossaux que de tels engins comportent pour l'humanité.  Une dispersion accidentelle concentrée de plutonium pulvérisé serait en effet catastrophique pour des vastes portions de territoires et pour une santé physiologique et génétique déjà passablement radiologiquement malmenée.  

 ******
Un générateur thermo-électrique atomique (RTG) de 400 W contient 400 Watt/0,575 Watt par gr = 696 gr de Plutonium 238 délivrant 443,02 TBq (4,43E14 Bq soit 1,20E4 Ci). Une retombée parfaite d'une telle masse de 11,97 KCi à raison de 0,1 Ci/km2 serait susceptible de réduire à zone interdite un carré de 346 km de côté ou un cercle de 195,2 km de rayon. Compte tenu de ses facteurs de dose internes, cette masse détient un potentiel de 48,73 milliards de Sievert par inhalation et de 101,89 millions de Sievert par ingestion.

Craindre comme les Gaulois d’antan que le ciel ne nous tombe sur la tête n’a hélas rien d’anachronique.

Pu238 (Plutonium); n° at: 94; Période: 87,3 a; λ: 2,516E-10; 17,21 Ci/gr; 0,0581 gr/Ci; α; MeV α: 5,592; Range: 50 μ; MeV gamma: 0,04347; 19,84 gr/cm3; Bp: 640 °C; mp: 3228 °C; 0,575 Joule-Watt/gr; 1,74 gr/Watt; 9,029E-13 Watt/Bq. 5,635 MeV * 6,366E11 Bq/gr = 3,588E12 MeV/gr * 1,602E-13 Joule/MeV = 0,57482 Joule-Watt/gr;  0,6 KJ/kg; 1 Watt/0,57482 Watt par gr = 1,7397 gr/Watt.