mardi 15 avril 2014

Fukushima city et ses alentours.

Les 3 scénarios radiométriques et dosimétriques conservatifs d’une contamination atmosphérique de 100 Bq/m3 de Cs137 d’un panache radioactif composite durable.

Scénario 1.  En cas d'éjection indifférenciée de combustible irradié à 23,57 GwD/t dans lequel, 7 jours après le shutdown, l'activité globale correspond à 174,9 fois l'activité du Cs137, la présence dans l'atmosphère de 100 Bq/m3 de Cs137 implique là en raison de la co-présence de très nombreux autres radioéléments une contamination effective de 17488 Bq/m3 (17,49 KBq) qui induit une dose de 1 milliSievert en en un peu moins de 7 heures dans une telle ambiance radioactive puisque qu'un adulte inhale environ 22 m3  d'air par jour. (La dose induite totale par mest 354,4 fois plus élevée que ne l'est la dose dûe au Cs137 et qui est elle de "seulement" 480 nSv par m3.)

Scénario 2.  En cas d'excursion sélective des éléments les plus volatils de ce même combustible avec des taux de fuite par rapport à l'inventaire voisins de ceux observés à Tchernobyl, compte tenu de la décroissance, elle suppose en revanche une contamination de l'ordre de 5151 Bq/m3 (5,15 KBq) puisque dans ces effluents l'activité globale en excursion équivaut à 51,5 fois l'activité du Cs137. Une telle activité conduit à une dose de 1 milliSievert en 1,7 jours. (La dose induite totale par mest ici 54,9 fois plus élevée que ne l'est la dose dûe au Cs137 et qui est elle de "seulement" 480 nSv par m3.)

Scénario 3. Enfin dans le scénario d'excursion incohérent, et dans le court terme le plus radioactif de tous, avancé par la Tepco elle suppose une contamination totale de 30330 Bq/m3 (30,33 KBq) car là, à 7 jours, l'activité globale dispersée s'élève à 303,30 fois l'activité du Cs137. Cette activité composite porte à une dose de 1 milliSievert en 4,8 jours. (La dose induite totale par mest 19,4 fois plus élevée que ne l'est la dose dûe au Cs137 et qui est elle de "seulement" 480 nSv par m3.)


Mais, évitons l’alarmisme, ces estimations de dose interne ne valent que pour ceux qui respirent. La précision a son importance.

NB. La littérature scientifique (Fukushima Accident: Radioactivity Impact on the Environment, 2013) nous apprend, à moins qu’il ne s’agisse de la ennième coquille à paiement, qu’un panache de 50 Sievert par heure, oui 50 Sievert par heure la légende le dit, a transité par Lidate (Figure 5.3) et des pics, un rien faiblards au vu des 50 Sievert/heure, de 200 Bq/m3 de Cs137 ont été détectés là (Figure 5.8).





L’hypothèse de l’expulsion du carburant livre la nomenclature des radioéléments supérieurs à 0,001 Bq/m3 suivante si l’on admet une présence de 100 Bq/m3 de Cs137 et chacun de ces radionuclides apporte sa propre contribution à la dose interne totale inhalée: H3 4,3E-1 Bq, Zn72 1,2E-3 Bq, As77 1,1E-1 Bq, Br82 6,5E-3 Bq, Kr85 10 Bq, Rb86 5,7E-2 Bq, Sr89 924 Bq, Sr90 78 Bq, Y90 78 Bq, Sr91 7,2E-3 Bq, Y91 1190 Bq, Y93 1,6E-2 Bq, Zr93 1,8E-3 Bq, Zr95 1478 Bq, Nb95m 4 Bq, Nb95 1388 Bq, Nb96 3,0E-3 Bq, Zr97 1 Bq, Mo99 275 Bq, Tc99 1,4E-2 Bq, Ru103 959 Bq, Rh105 22 Bq, Ru106 309 Bq, Rh106 309 Bq, Pd109 2,5E-2 Bq, Ag110m 2 Bq, Ag111 13 Bq, Pd112 3,6E-2 Bq, Cd113m 1,2E-2 Bq, Cd115m 1,9E-1 Bq, Cd115 5,1E-1 Bq, Sn117m 8,4E-3 Bq, Sn119m 2 Bq, Sn121m 1,9E-2 Bq, Sn121 8,3E-2 Bq, Sn123 1 Bq, Sb124 1,6E-1 Bq, Sn125 4 Bq, Sb125 6 Bq, Te125m 3 Bq, Sb126 1 Bq, Sb127 16 Bq, Te127m 9 Bq, Te129m 81 Bq, Te131m 3 Bq, I131 445 Bq, Xe131m 6 Bq, Te132 259 Bq, I133 6 Bq, Xe133m 6 Bq, Xe133 697 Bq, Cs134 95 Bq, Xe135 5,2E-3 Bq, Cs135 1,5E-3 Bq, Cs136 22 Bq, Cs137 100 Bq, Ba137m 100 Bq, Ba140 1083 Bq, La140 88 Bq, Ce141 1284 Bq, Ce143 43 Bq, Pr143 1018 Bq, Ce144 1165 Bq, Pr144 1165 Bq, Nd147 367 Bq, Pm147 288 Bq, Pm149 32 Bq, Pm151 2 Bq, Sm151 3 Bq, Sm153 4 Bq, Eu155 6 Bq, Eu156 8 Bq, Eu157 3,1E-3 Bq, Gd159 3,1E-3 Bq, Tb161 1,8E-1 Bq, Dy166 1,7E-3 Bq, U234 1,3E-3 Bq, Pu238 1 Bq, Pu239 3,7E-1 Bq, Pu240 5,0E-1 Bq, Pu241 83 Bq, Np239 1907 Bq, Am241 4,5E-1 Bq, Am242m 1,9E-3 Bq, Am243 2,7E-3 Bq, Cm242 3 Bq, Cm243 2,8E-3 Bq, Cm244 1,4E-1 Bq, Fe55 7 Bq, Co60 21 Bq, Ni59 1,5E-2 Bq, Ni63 2 Bq.


L’hypothèse d’une excursion “à la Tchernobyl” prédit les éléments suivants au dessus de  0,001 Bq/m3  pour ce cas: H3 1,44 Bq, Br82 0,02 Bq, Kr85 34,18 Bq, Sr89 154,08 Bq, Sr90 12,99 Bq, Y90 12,99 Bq, Zr95 197,13 Bq, Mo99 36,70 Bq, Ru103 127,92 Bq, Ru106 41,16 Bq, Te125m 3,92 Bq, Te127m 12,64 Bq, Te129m 115,42 Bq, Te131m 4,22 Bq, I131 815,63 Bq, Xe131m 19,66 Bq, Te132 371,59 Bq, I133 11,87 Bq, Xe133m 18,66 Bq, Xe133 2322,45 Bq, Cs134 95,12 Bq, Xe135 0,02 Bq, Cs135 1,5E-3 Bq, Cs136 22,47 Bq, Cs137 100,00 Bq, Ba137m 100,00 Bq, Ba140 180,57 Bq, Ce141 171,20 Bq, Ce144 155,36 Bq, Pu238 0,15 Bq, Pu239 0,05 Bq, Pu240 0,07 Bq, Pu241 11,04 Bq, Am241 0,06 Bq, Cl36 1,6E-3 Bq.


L’hypothèse Topcon nourrit la courte liste suivante des radioéléments dépassant en la circonstance 0,001 Bq/m3 : Sr89 75,81 Bq, Sr90 0,91 Bq, Y90m 0,91 Bq, Y90 0,15 Bq, Y91 0,02 Bq, Zr95 0,10 Bq, Sb127 11,76 Bq, Te127m 6,81 Bq, Te129m 18,84 Bq, Te131m 0,01 Bq, I131 567,65 Bq, Te132 1,08 Bq, I133 0,02 Bq, Xe133 29273,28 Bq, Cs134 113,89 Bq, Cs137 100,00 Bq, Ba137m 100,00 Bq, Ba140 58,24 Bq, Ce141 0,10 Bq, Pr143 0,02 Bq, Ce144 0,07 Bq, Nd147 7,0E-3 Bq, Pu241 8,2E-3 Bq, Np239 0,06 Bq.


mercredi 2 avril 2014

Fukushima et le courant marin Kuroshio


Le courant marin Kuroshio (100 km de large pour 50 millions de m3/s) qui du Japon, et relayé à mi-chemin par le courant du Pacifique Nord, porte 7000 km plus loin ses eaux au Canada se déplace sur 200 mètres de profondeur à une vitesse estimée qui va de 40 km à 120 km par jour. La part de contamination qui été prise dans ce courant a ainsi dû  logiquement employer entre au plus 7000/40 = 148 jours  (5 mois) et au moins 7000/120 = 58 jours (2 mois) pour parvenir au voisinage des côtes de l’Amérique du Nord. Honnêtement nous ne comprenons pas, même en faisant tourbillonner le courant, en lui allongeant le trajet ici grossièrement estimé et en réduisant la célérité à mi-parcours, comment avec une telle vitesse de croisière initiale la radioactivité prendrait au moins 3 ans pour cette traversée alors qu’en fin 2011 des débris emportés par le tsunami s’étaient déjà échoués sur les rivages du Canada. Honnêtement "nous ne comprenons pas pourquoi" les populations riveraines n'ont pas été mieux alertées. Serait-ce à propos ?

Ceci est purement mathématique et sert uniquement d’étalon pour le seul césium 137 qui n'est bien entendu pas l'unique contaminant présent (strontium, plutonium, américium sont certainement là puisque selon la NRC plusieurs centaines de tonnes de carburant ont pu fuir de la centrale.) En 2,6 ans  et à hauteur de 50 millions de m3 par seconde 4,1E15 m3 transportés par ce courant sont arrivés sur la côte nord-américaine. Or 4,10E15 m3 d'eau contaminée à hauteur de 1 Bq par m3 (quasiment rien) contiennent au total 4,1 PBq (4,10E15 Bq soit 110878 Ci) à savoir 1,27 kg de Cs137 soit un équivalent radiotoxique potentiel humain de 10,7 millions de doses létales par ingestion.




samedi 15 mars 2014

L’imposture des facteurs de dose internes: le cas de l'américium 241



L'américium 241 (de Americas); Am; masse at. 241,056822; n° at. 95; m.p. 1176°C; b.p. 2011°C; sp. gr. 13,67 (20°C); demi-vie 432 ans; 3,435Ci/gr; 0,29 gr/Ci; αlpha; 5,476 MeV; range ~50 μ
L'américium 241 a une période radioactive de 432 ans, une période biologique de 200 ans et une période effective de 136,7 ans. 
(λ physique 5,086E-11, λ biologique 1,099E-10, λ effectif 1,608E-10.)

Le facteur de dose officiel par inhalation de l'Am241 est de 3,90E-5 Sv/Bq. Cette valeur d'absorption calculée pour l'incorporation de 1 Bq est une valeur intégrée qui prend en considération l'ensemble des désintégrations qui auront lieu en 50 ans après l'incorporation de la masse radioactive émettant initialement cet unique Becquerel. 
Ce Sv/Bq interne représente ainsi une somme d'émissions et non pas une seule et unique émission comme c'est en revanche le cas pour les facteurs de dose externe. Pour connaître la dose officielle absorbée par une seule désintégration il faut diviser ce coefficient de dose par le nombre d'émissions probables qui se dérouleront en 50 ans. 
Compte dûment tenu de la période effective de résidence dans l'organisme de l’élément qui est d'environ 136,7 ans et qui fait que l'activité encaissée représente 91,9% de l'activité physique émise en 50 ans, pour cet élément cette activité radiologique s'élève à 1,39 milliard d’émissions. (1 Bq/1,608E-10 λe) * 1-(EXP(50*31536000*-1,608E-10  λe)) = 1,39 milliard. 
Autrement dit incorporer 1 Bq de d’américium 241 c'est souffrir dans le temps 1,39 milliard de désintégrations qui, de science officielle, conduisent à une valeur absorbée totale de 3,90E-5 Sv. Or donc si 1,39 milliard d'émissions valent 3,90E-5 Sv c'est alors que 1 désintégration vaut officiellement 3,90E-5/1,393E9 = 2,80E-14 Sv.
Vérifions: 2,80E-14 Sv/désintégration * 1,393E9 désintégrations dans le temps = 3,90E-5 Sv absorbés.

Cette valeur établie est-elle rationnelle, a-t-elle un fondement physique certifié, en bref radioprotège-t-elle ?

Pour répondre à cette pressante interrogation on peut se demander quelle masse de chair est nécessaire pour recevoir une si faible dose alors que l'énergie de départ de la particule alpha de cet élément est de 5,476 MeV et que sa trajectoire certifiée dans l'organisme ne va au delà de 50 μ, une particule fine immobilisée de cet élément dissipant son énergie ionisante dans une infime masse corporelle de 523,60 ngr.

Disons-le sans ambages avant d'en faire la démonstration: il faut une masse de chair de 313,33 kg pour diluer une telle énergie dans une si faible dose. (5,4760 MeV*1,602E-6 Erg par MeV*10 EBR)/(2,800E-14 Sv/Bq * 100 Erg/gr * 100 Rad/Sv) = 313,33 kg. L'obésité est au demeurant loi physique. Une si énorme masse vivante pour absorber une seule désintégration alpha à savoir une dose ionisante si faible par désintégration est à l'évidence physiquement impossible. Ce facteur de dose interne est sans fondement objectif aucun. Il est faux. 
On peut également constater que le rayon de cette masse supposée avoir encaissé l'irradiation (313333,3587 cm3/(4/3*3,14159))1/3 = 42,1347 cm soit 421347 μ est en tout et pour tout grossièrement incompatible avec la distance parcourue par le rayonnement alpha dans le matière vivante. Le rayonnement alpha calculé va en effet 8427 plus loin qu'il ne peut physiquement aller ! La particule α va 421347 μ/50 μ = 8427 fois trop loin. La masse qui absorbe l'énergie ionisante est pour autant grossie de 598 milliards de fois (313,33 kg/523,6 ngr ou encore 8426,93) et par voie de conséquence la dose absorbée est artificiellement diminuée d'autant. 



Calcul de la dose délivrée par une désintégration à raison des 50 μ franchis dans les tissus vivants par une particule α de 5,476 MeV: (1 Bq * 5,4760 MeV * 1,602E-6 Erg par MeV * 10 EBR)/((4/3 * 3,14159 * (50 * 0,00013)) gr * 100 Erg/gr * 100 Rad/Sv) = 1,68E-2 Sv/Bq soit 16,76 milliSievert par Becquerel. 
La dose engagée pour 1 Bq sur 50 ans s'avère dès lors de (1 Bq/1,608E-10 λ effectif s-1 * (1-Exp(50*365*24*60*60 * -1,608E-10 λ effectif))) * 1,68E-2 Sv/Bq) = 2,33E7 Sv/Bq soit 23,34 millions de Sievert par Becquerel.  

Vous avez dit faible dose ?


dimanche 2 mars 2014

The Americium 241 case. Official internal dose factors are like SS which name shower a chamber gas.


The americium 241 (from Americas); Am; atomic mass 241,056822; atomic n° 95; melting point 1176°C; boiling point 2011°C; specific gr. 13,67 (20°C); period of 432 years; 3,435 Ci/gr; 0,29 gr/Ci; α; 5,476 MeV; range particle in tissues ~50 μ

NB. 0,693147*6,0221415E+23/(241*432*365,25*24*60*60) = 1,270E11 Bq/gr or 3,4338 Ci/gr and 0,2912 gr/Ci.
Or (0,693147/(432*365,25*24*60*60)) * (6,0221415E+23/241) = 5,084E-11 λ * 2,4988E21 = 1,2705E11 Bq/gr
Or more simply 0,693147*6,0221415E+23/(365,25*24*60*60) = 1,322734E16 --> 1,322734E16/(241 * 432) = 1,270E11 Bq/gr  (0,693147*6,0221415E+23/(365,25*24*60*60*37E9) = 357495,6203 --> 357495,6203/(241 * 432) = 3,434 Ci/gr)

Or (6,0221415E+23/241)*(1-(Exp(1*-Ln(2)/(432*365,25*24*60*60)))) = 1,270E11 Bq/gr 

The americium 241 have a physical half-life of 432 years, a biological half-life of 200 years, an effective half-life of 136,7 years.

(λ physic 5,086E-11, λ biologic 1,099E-10, λ effective 1,608E-10.)

Assessing the irrationality of official internal dose factor. Or what body mass is necessary to explain the IRCP dose factor for this element ? 

An internal dose factor (Sv/Bq) is calculate taking account all the “effectives” disintegrations that occurs in 50 years produce by the incorporation of a matter mass which initially emitted 1 Bq.

The incorporation of 1 Bq of americium 241 conduce after 50 years to suffer (1 Bq/1,608E-10 λe) * 1-(EXP(50*31536000*-1,608E-10)) = 1,393E9 disintegrations α and absorb 1,39E9 disintegrations * 5,476 MeV * 1,602E-13 Joule per MeV = 0,0122 Joule and 122200 Erg which dissipate, for IRCP, in a body mass of 313,33 kg... ((1,39E9 Emissions * 5,4760 MeV * 1,602E-6 Erg par MeV * 10 EBR)/(3,900E-5 Sv/Bq * 1 Bq * 100 Erg/gr * 100 Rad/Sv) = 313,33 kg) with a radius of (313333,3587 cm3/(4/3*3,14159))(1/3) = 42,1347 cm.  The particle α which do not penetrate in tissues more than 50 μ travel in “rational” calculation 8426,9 times far away it can physically go... (421346,45 μ/50 μ = 8426,9.) In other words the real absorbed dose is reduce 598,42 billions times. (8426,933 = 5,98E11 or 3,13E5 gr/5,24E-7 gr = 5,98E11.)
********
Calculating the real dose produce by one α particle with 5,476 MeV energy and 50 μ penetration capacity in tissues: (1 Bq * 5,4760 MeV * 1,602E-6 Erg par MeV * 10 EBR)/((4/3 * 3,14159 * (50 * 0,00013)) gr * 100 Erg/gr * 100 Rad/Sv) = 1,68E-2 Sv/Bq or 16,76 milliSievert per Becquerel. The committed dose for 1 Bq in 50 years is then (1 Bq/1,608E-10 λe s-1 * (1-Exp(50*365*24*60*60 * -1,608E-10 λe))) * 1,68E-2 Sv/Bq) = 2,33E7 Sv/Bq or 23,34 millions Sievert per Becquerel.  Have a nice smell.

Official internal dose factors are like SS which name shower a chamber gas.

jeudi 16 janvier 2014

Les illusions dangereuses


Fukushima a marqué et marque toujours plus l’entière planète de son irréversible radioactivité particulaire qui chaque instant s’échappe du site et qui chaque instant s’enfonce au profond de nos corps à travers alimentation, boisson et respiration. C’est l’accident majeur et le plus épouvantable que le monde n’ait jamais connu. Il a dispersé des tonnages considérables de poisons radiotoxiques sans commune mesure avec ce que l’on nous en dit. De l’avis même de la NRC, cette épouvantable catastrophe dépasse de loin en radiotoxicité durable le legs des essais atomiques atmosphériques. Les conséquences d’un tel accident atomique qui a rempli l’atmosphère terrestre de particules chaudes sont incommensurables et hélas hissent à terme le risque au niveau de la pure et simple extinction des espèces par contamination interne. Se croire pour autant à l’abri est une illusion dangereuse. Il est utile de rappeler à tous que dans une tonne de carburant il y a de source scientifique officielle entre 700 millions et 1 milliard et demi de doses létales potentielles par inhalation. Qui dans ce monde ignore, néglige ou sous-estime la nécessité de parer au moins pire en adoptant quelques contre-mesures de détoxification de son organisme se condamne lui-même et condamne ses propres enfants, enfants que l’on verra de plus en plus disparaitre avant les adultes. 

jeudi 9 janvier 2014

La substance noire devait avoir une activité de plus de 10 milliards de Bq par gramme.


La substance noire qui s’est abattue au moins jusqu’à Tokyo ne saurait être autre chose que du combustible nucléaire éjecté lors des explosions qui sont survenues à Fukushima.  La preuve par défaut en est le silence officiel qui l’entoure. Et ce combustible précipité doit avoir une activité radiologique colossale située entre 13 milliards de Bq par gramme s’il s’agit de carburant « piscine » comburé  à 42 GwJ/t au repos depuis 20 ans et 26 milliards de Bq par gramme s’il s’agit de carburant « réacteur » comburé  à 24 GwJ/t et ayant décru 3 ans.  (Entre 2,5 milliards et 3 milliards de Bq/gr de seul Cs137). L’AIPRI invite pour autant à la circonspection envers les comptes rendus "alternatifs" en trompe l’oeil qui courent la toile faisant état d’une activité radiologique de la substance noire contenue à quelques millions de Bq par kilo  à savoir à quelques milliers de Bq/gr.  Soit il ne s’agit pas de substance noire, soit il s’agit de minimisation pure et simple de la radioactivité de cette assassine substance noire.


U235 Wt°: 3,7%; GwJ/t: 42; 20 ans de décroissance; 0,36 Ci/gr, 1,32E10 Bq/gr soit 13241,63 Bq/μgr et 13,24 Bq/ngr

U235 Wt°: 3,7%; GwJ/t: 23,3; 3 ans de décroissance; 0,64 Ci/gr, 2,36E10 Bq/gr soit 23631,80 Bq/μgr et 23,63 Bq/ngr.


NB. Les 23-24 tonnes de fuel du réacteur n°4 ayant atteint le taux maximal de combustion (42 GwJ/t) peu avant la catastrophe et, à l’époque, à peine déchargées dans la piscine, sont aujourd’hui les plus radioactives de toutes. En théorie il est pour autant possible de trouver de la substance noire qui atteigne jusqu’à 41 milliards de Bq par gramme.

1,12 Ci/gr, 4,15E10 Bq/gr soit 41504,40 Bq/μgr et 41,50 Bq/ngr

dimanche 5 janvier 2014

The depleted uranium case: Internal official dose factors are like SS which name shower a chamber gas.


Uranium 238 (Uranus); U; at. mass 238,0289; at. n° 92; m.p. 1135°C; b.p. 4131°C; sp. gr. ~18,95; half-life 4,49 billions years; 3,35E-7 Ci/gr; 2,99 tons/Ci; α decay; 4,184 MeV; alpha 4,184 MeV particle range in tissues ~50 μ

The uranium 238 have a physical half-life of 4,49 billions years, a biological half-life for insoluble form (industrial depleted uranium) of 5 years and a effective half-life of 5 years.
(λ physic 4,895E-18, λ biologic 4,396E-9, λ effective 4,396E-9.)
The IRCP inhalation dose factor for U238 is 7,3E-6 Sv/Bq or 7,3 μSv/Bq.

Assessing the irrationality of official internal dose factor.

I: An beta or alpha internal dose determination is some kind of "poison dilution" calculation in a tiny histological volume which radius is equal to particle trajectory in matter. A ionizing dose damage is then nothing else than a cinematic energy divide by the volume of matter that this cinematic energy can penetrate. Shorter is particle trajectory, minor is volume impacted and higher is dose intensity. In alpha case this "poison dilution" is confined in an histological volume of ~50 μ radius and for instance the ionization of this tiny volume is extremely high. (For a same poisoning energy bigger is the "absorbing" volume lower is the dose intensity absorb (10/10 = 1) and lower is the "absorbing" volume bigger is the dose intensity absorb (10/1 = 10). Choose the correct volume is for instance crucial and overestimate the volume is underestimated the ionizing impact.)

II: Contrary to external dose factor which quantify the damage of a single disintegration, internal committed Sv/Bq dose factor quantify the damage for all "effective" disintegrations that occurs in body in 50 years produce by 1 Bq of a specific radioelement mass.

III: For decompose a internal dose factor 3 steps are necessary.

First step. Calculate 50 years radioactive emissions inside body taking account the effective period (ie. the biological elimination in 50 years of 82,5% of incorporated U238 atoms before they disintegrate in body), convert this MeV energy in Erg and multiply by RBE (1 for γ and β, 10 for α).

Second step. Knowing the Erg energy liberate in 50 years by remaining U238 atoms divide by official Sv/Bq integrating in denominator the fact that 1 Rad = 100 Erg/gr and 1 Sv = 100 Rad (in short multiply the Sv/Bq denominator by 10000) for determinate the body mass (gr.) which correspond to official dose factor. (Energy/Mass = Dose then Energy/Dose = Mass. 10/2 = 5 --> 10/5 = 2. No more.)

Third step. Is the calculate "absorbing" mass physically compatible with 50 μ penetration capacity of an alpha particle ?

An absorbed internal dose factor is calculate taking account all the “effectives” disintegrations that occurs in 50 years produce by the incorporation of a matter mass which initially emitted 1 Bq. The incorporation of 1 Bq of U238 conduce after 50 years to suffer (1 Bq/4,396E-9 λe) * 1-(Exp(50*365*24*60*60*-4,396E-9)) = 2,273E8 "effective" disintegrations α and then absorb 2,27E8 disintegrations * 4,184 MeV * 1,602E-13 Joule per MeV = 1,523E-3 Joule and 15234,53 Erg which dissipate, for IRCP, in a fat body human mass of 208,69 kg...
(2,27E8 Emissions * 4,184 MeV * 1,602E-6 Erg/MeV * 10 RBE)/(7,3E-6 Sv/Bq * 1 Bq * 100 Erg/gr * 100 Rad/Sv) = 208,69 kg).
This enormous mass have a radius of (208692,2037 cm3/4/3*3,14159)1/3 = 36,79 cm.  The particle α which penetrate no more than 50 μ in tissues travel in "rational" calculation 7359,3 times far away it can physically go... (367964,46 μ/50 μ = 7359,3...)
In other words the real absorbed dose is artificially diluted 398,57 billions times ! (7359,33 = 3,98E11 or 2,08E5 gr/5,24E-7 gr = 3,98E11.)

NB. Alternative way.
I: Determinate IRCP Sv/Bq for  1 disintegration dividing committed Sv/Bq by "effective decays" in 50 years. 7,3E-6/2,274702693E8 = 3,21E-14 Sv per disintegration. ((7,3E-6 Sv/Bq/((1 Bq/4,396E-9 λe) * 1-Exp(50*365*24*60*60*-4,396E-9 λe)) = 3,21E-14 Sv per disintegration.)

II: Calculate body mass for explain this dose value for one alpha particle of 4,184 MeV. ((1 Emission * 4,184 MeV * 1,602E-6 Erg/MeV * 10 RBE)/(3,21E-14 Sv/Bq * 100 Erg/gr * 100 Rad/Sv) = 208,69 kg).

Calculating the real dose produce by one α particle with 4,184 MeV energy and 50 μ penetration capacity in tissues:

(1 Bq * 4,184 MeV * 1,602E-6 Erg/MeV * 10 EBR)/((4/3 * 3,14159 * (50 * 0,00013)) gr * 100 Erg/gr * 100 Rad/Sv) = 0,0128 Sv/Bq or 12,8 milliSievert per disintegration. The committed dose for 1 Bq in 50 years is then (1 Bq/4,396E-9 λe s-1 * (1-Exp(50*365*24*60*60*-4,396E-9 λe))) * 1,28E-2 Sv/Bq) = 2,91E6 Sv/Bq or 2,91 millions Sievert per Becquerel.

Conclusion
Internal dose factors are false and criminally underestimated. They are obtain by the denominator falsification of the Energy/Mass equation. But nobody know and nobody care because most don't know "how a dose factor is arithmetically made". In this fundamental aspect for life universities organize the ignorance and promote the collective internal suicide.  Low dose is a scientific fake, slow mass killing by internal contamination a fact. This past 30 years during peacekeeping wars thousand and thousand and thousand tons of depleted uranium have been aerosolized in flying nanometer atomic particles disseminate in all the world atmosphere that enter in each lung they encounter (in fake scientists lungs too ! Smile !) Official dose factors are like SS which name shower a chamber gas.

Bibliography.

André M-E., Plutonium, poumons et effets de proximité, in  Etudes & Expansion,  N° 276, Liège, Belgique, 1978.http://aipri.blogspot.it/2012/12/plutonium-poumons-et-effets-de.html
http://users.skynet.be/mauriceandre/ sous le titre Uranium et  Plutonium c’est pas du chocolat.  
URANIUM and  PLUTONIUM aren’t chocolatehttp://users.skynet.be/mauriceandre/enchocolate4.htm


Fechino J-F., Bilan de mission, Consultant en pollutions diffuses par uranium appauvri. Expert auprès de l'Organisation des Nations Unies, 2004.

Glasstone S., Redman L. M., An Introduction to Nuclear Weapons, WASH-1037 Revised. U.S. Atomic Energy Commission, Division of Military Applications, USA, 1972. http://www.doeal.gov/FOIADocs/RR00172.pdf

Glasstone S., Dolan J.,  The effects of nuclear weapons, United States department of defense  & Energy research and development administration, Washington DC, 3Edition, USA, 1977.http://www.princeton.edu/~globsec/publications/effects/effects12.pdf 

Glissmeyer J.A., Mishima J., Characterisation of airborne uranium from test firing of XM774 ammunition, Pacific Northwest Laboratory, Richland, Washington 99352, US Army Document PNL-2944, USA, 1979. http://www.mindfully.org/Nucs/Airborne-Uranium-Glissmeyer1nov79.htm

Glissmeyer J.A., Mishima J., Prototype Firing Range Air Cleaning SystemProceedings of the 18th DOE Nuclear Airborne Waste Management and Air Cleaning, Bamberger JA Conference, Baltimore Maryland 12-16 Aug 1984. Ed- First, Melvin CONF 840806, USA, 1985. http://www.mindfully.org/Nucs/Firing-Range-Air-Cleaning1mar85.htm

Gofman J.G.,  Tamplin A.R.,  Poisoned power: The case against nuclear power plants, Chatto & Windus Ltd, London, 1973.http://www.ratical.com/radiation/CNR/PP/

Moret L., UN 2008 report: evidence of global decline in population and fertility, USA, 2009.http://www.scribd.com/doc/23525857/UN-2008-Report-Infertility-092809

Moret L., Planet Earth As Weapon and Target, Leuren  Moret, World affairs. The journal of international issues, USA, 2005. http://www.worldaffairsjournal.com/article1.htm

Nato handbook on the medical aspects of NBC defensive operations AmedP 6(B), Departments of the army, the navy, and the air force, Washington, D.C., USA, 1996. http://www.fas.org/nuke/guide/usa/doctrine/dod/fm8-9/1ch5.htm

Scampa P., De l’imposture des facteurs de doses interne, Nuntium Novitatum, n°1, Wildon, Autriche, 2013. http://www.vff-marenostrum.org/Nuntium-Novitatum/Nuntium-Novitatum-I-PS.html

Nichols, B., GI’s Brains Fried by Military Dispensed Nose Candy, Veterans Today, 2010.     http://www.veteranstoday.com/2010/10/02/gis-brains-fried-by-military-dispensed-nose-candy/
Rokke D., Le Major  Doug Rokke  (Pilote de l’US AIR FORCE) expose les dangers très graves de l’uranium appauvri dans les armes, Belgique, 2003.  http://users.skynet.be/mauriceandre/
The War Against OurselvesAn interview with Major Doug Rokke by Sunny Miller, 2003. 
http://www.yesmagazine.org/issues/our-planet-our-selves/594

Tamplin, A.R., Cochran T.B., Radiation Standards for Hot Particles, National Resources Defense Council Report, Washington D.C, USA, 1974.http://docs.nrdc.org/nuclear/files/nuc_74021401a_0.pdf