mardi 18 octobre 2016

Rumeurs de guerre atomique.




Les rumeurs de guerre atomique sont à l’ordre du jour et se font insistantes. Nous en doutons fortement mais nous relevons inquiets en filigrane des dramaturgies de circonstance un halo candide des plus dangereux qui nous rapproche d’un conflit atomique plutôt que de nous en éloigner en laissant croire que l’humanité puisse somme toute survivre à un tel fulgurant désastre et même que l’un des belligérants puisse en sortir vainqueur.

Rien n’est plus faux car l’atmosphère déjà terriblement contaminée notamment en raison des essais atomiques passés se verra ravalée à rang de chambre à gaz radioactif qui ruinera à jamais la vie sur terre. La physique n’est pas une opinion et le rendement de fission non plus car c’est lui qui commande de « mettre obligatoirement plus d’explosif qu’il n’en pourra exploser ». Ceci n’est pas sans conséquences pulmonaires. Car, le plutonium n’est pas seulement un explosif ("qui ne fonctionne qu'en surcharge") c’est aussi le plus terrible des poisons qui viendra pulvérisé par tonnes dans l’atmosphère basse lors des incandescentes détonations atomiques près du sol, voire au sol pour ruiner de suite et à jamais les villes par l'importante radioactivité sédimentée. L’oublier c’est s’apprêter à mourir.

Il serait pour cela temps d’en finir avec les vagissements candides et il serait temps de se confronter au réel, par exemple d’un scénario mesuré d’une petite guerre « de fission » avec des charges au plutonium d’à peine 200 Mt et de la radiotoxicité qui en ressortira de l’avis même des plus officiels des savoirs atomiques.

Pour un très haut rendement de fission de 18%, 200 Mt réalisées avec des dispositifs au Plutonium 239 disséminent en particules ultra fines 1,18E17 Bq de Pu239 non consommé (52 tonnes) dont la radiotoxicité par inhalation va, pour les adultes, de 1,9 mille milliards de Sievert d'après le facteur de dose de l'ICRP le plus bas (1,60E-5 Sv/Bq) à 14,2 mille milliards de Sievert pour le facteur de dose de l'ICRP le plus élevé (1,20E-4 Sv/Bq).

[57,34 kg.Mt * 200 Mt/18% = 63,71 tonnes chargées dont 11,47 tonnes fissionnées et 52,24 tonnes de plutonium non consommé dispersé. 57,34 kg.Mt * 200 Mt * ((1/18%)-1) = 52241 kg * 2,268E12 Bq/kg = 1,18E17 Bq, 1,18E17 Bq * 1,60E-5 Sv.Bq = 1,90E12 Sv, 1,18E17 Bq * 1,20E-4 Sv.Bq = 1,42E13 Sv]

Par contre avec un rendement de fission moyen de 10%, qui abandonne dans le milieu 2,34E17 Bq de Pu239 non consommé (103 tonnes), cette radiotoxicité inhalable va de 3,7 mille milliards de Sievert à 28,1 mille milliards de Sievert.

[57,34 kg.Mt * 200 Mt/10% = 114,68 tonnes chargées dont 11,47 tonnes fissionnées et 103,21 tonnes de plutonium non consommé dispersé. 57,34 kg.Mt * 200 Mt * ((1/10%)-1) = 103208 kg * 2,268E12 Bq/kg = 2,34E17 Bq, 2,34E17 Bq * 1,60E-5 Sv.Bq = 3,74E12 Sv, 2,34E17 Bq * 1,20E-4 Sv.Bq = 2,81E13 Sv]

NB. Le Pu239 est un radioélément alpha qui a une demi-vie radioactive de 24400 ans et une activité spécifique de 2,2677E9 Bq/gr (2,2677E12 Bq/kg.)


Les épouvantables explosions, aux explosions militaires suivront du reste en raison du blackout électrique les explosions encore plus pestilentielles des centrales atomiques civiles, empoisonneront la basse atmosphère, contamineront irrémédiablement les terres. Une indélébile ambiance radioactive à laquelle personne ne pourra échapper envahira l’entière planète et nous emportera tous à terme ne serait-ce que par contamination interne par les invisibles particules volages qu’aucun filtre pulmonaire n’arrête.

Les abris anti-atomiques ne feront que retarder de peu la lente agonie fatale des survivants d’un monde empesté de radioactivité génocide. Le plutonium est bien plus redoutable, ubiquitaire et assassin en tant que poison pulvérisé qu’en tant qu’explosif. La fable de la guerre atomique passagèrement sale est pure propagande pour ingénus. La colossale radioactivité libérée ne connait pas de cessez-le-feu à échelle humaine. Rien que celle éparpillée par l’obligatoire plutonium résiduel des charges suffit à l’extinction de toutes les espèces.

Aucune guerre nucléaire ne saurait pour autant connaitre de vainqueur. L’ignorer c’est précipiter le suicide de l’humanité.

1 commentaire:

Dr. Good Heart a dit…

Inside The Doomsday Plane; Who Will Survive A (MAD) Global Nuclear War And The Nuclear Winter That Comes After It?
http://www.agreenroadjournal.com/2013/06/inside-doomsday-plane-who-will-survive.html